Bombardée par les forces de la coalition en 2003, la cité d’Achraf subit dans les années qui suivirent diverses agressions : tirs de missiles, sabotages de la station de pompage privant d’eau potable, outre les résidents, 20 000 habitants de la province, attaque d’un véhicule transportant des Irakiens venant travailler au camp…Mais, rien de comparable à ce qui allait se produire après que les Américains aient livré Achraf aux forces armées irakiennes, avec l’assurance mensongère que les résidents seraient traités humainement.

Consciente du danger potentiel, la Résistance iranienne et ses amis multiplièrent les mises en garde, organisèrent des conférences, des sit-in, des manifestations, adressèrent lettres sur lettres au président des USA, au secrétaire général de l’ONU. Rien n’y fit. Le premier ministre irakien put préparer au grand jour l’attaque du camp, sans que personne n’intervienne pour s’y opposer puis, au retour des Etats-Unis,  ordonner à ses troupes de donner l’assaut.

Les 28 et 29 juillet 2009, les agresseurs armés de bâtons cloutés, de barres de fer,  de haches et, certains, de fusils, tuèrent 11 résidents et en blessèrent plus de 500. Des vidéos filmées durant l’attaque montrent un camion de pompier projetant de l’eau bouillante et un engin blindé slalomant pour tenter d’écraser un maximum de monde. Durant trois jours le camp fut dévasté. Les assaillants ont saccagé, pillé, profané, faisant pour plus de 2 600 000 § de dégâts, sans compter les dommages causés aux véhicules, à la voierie et aux installations publiques.

Trente-six Achrafiens qui se trouvaient à l’entrée du camp au moment de l’assaut furent pris en otages, molestés, traînés de prison en prison pour n’être libérés, presque mourants, qu’après 72 jours de captivité.

 

 

Une vague de protestations s’éleva de toutes parts. On fit une nouvelle fois appel aux forces américaines pour qu’elles reprennent provisoirement le contrôle du camp. On demanda la fin du blocus, l’autorisation pour les organisations humanitaires d’entrer et de travailler dans le camp, l’instauration d’une commission d’enquête internationale, l’envoi et le maintien à Achraf d’une délégation d’observateurs internationaux. Aucune réponse positive ne fut donnée. Le juge espagnol Juan Garces, au nom du principe de la compétence universelle cita à comparaitre les militaires responsables de l’opération, mais, bien entendu, aucun ne se présenta.

Le temps passa, le blocus s’intensifia et au début du mois d’avril 2011, l’armée irakienne déploya 2500 hommes et des blindés autour du camp en prévision d’une nouvelle attaque. Une nouvelle fois, les USA, l’ONU furent alertées mais ne bougèrent pas et, le 8 avril, fut lancé un nouvel assaut encore plus meurtrier que le précédent qui fit de nombreuses victimes par balles.

 

On dénombra 34 morts dont 8 femmes et, cette fois encore, les blessés se comptèrent par centaines. Certains allaient décéder dans les jours qui suivirent, faute de soins en raison du blocus. 24 h après l’attaque, le premier ministre irakien reçut les félicitations officielles du régime iranien qui regrettait seulement que le carnage n’ait pas été plus important. Un peu partout, de nombreuses voix se firent entendre pour condamner ce nouveau massacre, dont celle du Prix Nobel de la Paix, Elie Wiesel.

Que se passera-t-il fin 2011 quand expirera le délai fixé aux Achrafiens par Nouri al-Maliki pour quitter leur base ; délai matériellement impossible à tenir ? Avec de tels précédents, il y a lieu d’être inquiets. La communauté internationale assistera-t-elle sans broncher à un nouveau bain de sang ? Les Américains permettront-ils à celui qu’ils ont contribué à mettre en place à utiliser les armes et les véhicules payés par eux pour commettre un nouveau crime contre l’humanité ? L’heure de vérité approche. Il est temps que l’Organisation des Nations Unies prenne ses responsabilités, envoie ses casques bleus, car le fait que l’Irak soit un état souverain ne dispense pas ses dirigeants de respecter les conventions internationale dont la convention de Genève qui accorde asile et protection aux Achrafiens. Quant au président Obama, il n’aurait qu’un geste à faire, rayer l’OMPI de sa liste noire ce qui ôterait tout argument au premier ministre irakien pour en persécuter les membres. Mais le Prix Nobel de la Paix par anticipation se décidera-t-il enfin à justifier par des actes l’honneur qui lui fut fait ?    

Vaste soutien international pour la défense d'Achraf

Le sort des résidents d’Achraf dépend de l’issue du combat difficile parce qu’inégal qui oppose les mollahs iraniens et leur exécuteur des basses œuvres, le premier ministre irakien, à une pléiade d’organisations et de personnalités aux moyens d’action limités, qui…

Une télé britannique complice des mollahs

Ne pouvant agir eux-mêmes, les services de renseignement iraniens ont sous-traité à la chaine britannique de télévision Channel 4 News , l’espionnage des membres de l’OMPI rassemblés en Albanie. Le 10 août, une équipe dirigée par Madame Hilsum, rédactrice en…

Une situation inextricable

Le premier ministre irakien Nouri al-Maliki affirme qu’il n’est pour rien dans le massacre commis le 1er septembre à Achraf et l’enlèvement des sept otages. Lors de sa visite aux USA, il l’a dit à Obama qui l’a crû ou…

Une oasis créée par l'homme en plein désert

Plus qu’un camp, une ville. Depuis les premiers mois de l’année 2009, plus personne ne peut entrer à Achraf, exceptés les forces armées irakiennes et les agents du régime iranien. Ceux qui s’y rendirent auparavant, dont une quinzaine d’habitants du…

Un tournant décisif

Le 7 septembre, après 72 jours d’incarcération et de grève de la faim, les 36 otages enlevés le 28 juillet lors de l’attaque de la cité d’Achraf par les forces armées irakiennes, ont été libérés. 72 jours de détention dans…

Un tournant dans l'histoire de la Résistance iranienne: l'évacuation de la cité d'Achraf

Lorsqu’au premier janvier 2009, les Américains cédèrent le contrôle de la cité d’Achraf aux forces armées irakiennes, contre la promesse illusoire que les résidents seraient traités avec humanité, il était prévisible que les hommes de Maliki mettraient tout en œuvre…

Un plan européen pour la survie des résidents d'Achraf

Le président irakien Nouri al-Maliki, le vassal des mollahs, exige que les résidents d’Achraf aient quitté leur base avant la fin de l’année 2011. Depuis que les Américains, reniant les accords écrits passés avec les Moudjahidine en 2003, lui ont…

Un large soutien des femmes irakiennes

Les femmes irakiennes seraient les premières victimes si un régime analogue à celui de l’Iran était instauré dans leur pays. Beaucoup en sont conscientes et militent pour éviter une pareille catastrophe. La délégation française en a rencontré plusieurs, militantes au…

Un harcèlement ininterrompu

La police et les forces armées irakiennes, infiltrées par des éléments de la force terroriste iranienne Qods, multiplient les actes de malveillance envers les résidents d’Achraf et de Liberty, à la grande satisfaction du président de la Commission pour la…

Un grave danger plane sur Achraf

Depuis que les Américains ont cédé, en janvier 2009, le contrôle de la cité d’Ashraf aux forces de sécurité irakiennes, celles-ci lui imposent un véritable blocus, interdisant l’entrée du camp aux familles venues rendre visite à leurs proches. Un groupe…