Il aura fallu du temps et beaucoup de persévérance, un nombre impressionnant d’appels, des dizaines de manifestations pour qu’enfin l’ONU consente à s’intéresser au problème humanitaire posé par les autorités irakiennes décidée à fermer Achraf avant la fin de l’année.

Les choses se sont accélérées début décembre. Le 1er, le Conseil des ministres européens a placé à l’ordre du jour la question d’Achraf soulevée par Catherine Ashton la haute représentante pour les affaires étrangères de l’UE. Le 5, le Département d’Etat américain a indiqué que les discussions à Bonn, entre Hillary Clinton et Ban Ki-Moon, ont aussi abordé

le rôle que doit jouer l’ONU pour aider au règlement de la question d’Achraf. Le 7, le Congrès américain a auditionné le Département d’Etat sur la responsabilité américaine dans la protection du camp. La veille, la crise a été portée devant le Conseil de Sécurité de l’ONU où le représentant du Secrétaire général a demandé à l’Irak de retarder la fermeture du camp afin qu’il donne au HCR le temps et l’espace neutre dont il a besoin pour organiser les entretiens avec les résidents du camp et pour les enregistrer en vue de leur réinstallation, tout en demandant aux États membres d’apporter leur appui à cet égard.

 Dans son rapport au Conseil de sécurité, Martin Kobler, représentant spécial de Ban Ki-moon et chef de la Mission d’assistance des Nations Unies pour l’Irak (MANUI), a longuement détaillé la situation dans le camp et insisté sur le fait que les résidents ne veulent pas être transférés vers d’autres points sans la protection des casques bleus et qu’aucun ne doit être renvoyé en Iran sans son consentement.

Il a souligné que « «Le gouvernement [irakien] a la responsabilité d’assurer la sûreté, la sécurité et le bienêtre des résidents. Toute action forcée qui ferait couler le sang ou résulterait dans la perte de vies serait à la fois malavisée et inacceptable ».

Vaste soutien international pour la défense d'Achraf

Le sort des résidents d’Achraf dépend de l’issue du combat difficile parce qu’inégal qui oppose les mollahs iraniens et leur exécuteur des basses œuvres, le premier ministre irakien, à une pléiade d’organisations et de personnalités aux moyens d’action limités, qui…

Une télé britannique complice des mollahs

Ne pouvant agir eux-mêmes, les services de renseignement iraniens ont sous-traité à la chaine britannique de télévision Channel 4 News , l’espionnage des membres de l’OMPI rassemblés en Albanie. Le 10 août, une équipe dirigée par Madame Hilsum, rédactrice en…

Une situation inextricable

Le premier ministre irakien Nouri al-Maliki affirme qu’il n’est pour rien dans le massacre commis le 1er septembre à Achraf et l’enlèvement des sept otages. Lors de sa visite aux USA, il l’a dit à Obama qui l’a crû ou…

Une oasis créée par l'homme en plein désert

Plus qu’un camp, une ville. Depuis les premiers mois de l’année 2009, plus personne ne peut entrer à Achraf, exceptés les forces armées irakiennes et les agents du régime iranien. Ceux qui s’y rendirent auparavant, dont une quinzaine d’habitants du…

Un tournant décisif

Le 7 septembre, après 72 jours d’incarcération et de grève de la faim, les 36 otages enlevés le 28 juillet lors de l’attaque de la cité d’Achraf par les forces armées irakiennes, ont été libérés. 72 jours de détention dans…

Un tournant dans l'histoire de la Résistance iranienne: l'évacuation de la cité d'Achraf

Lorsqu’au premier janvier 2009, les Américains cédèrent le contrôle de la cité d’Achraf aux forces armées irakiennes, contre la promesse illusoire que les résidents seraient traités avec humanité, il était prévisible que les hommes de Maliki mettraient tout en œuvre…

Un plan européen pour la survie des résidents d'Achraf

Le président irakien Nouri al-Maliki, le vassal des mollahs, exige que les résidents d’Achraf aient quitté leur base avant la fin de l’année 2011. Depuis que les Américains, reniant les accords écrits passés avec les Moudjahidine en 2003, lui ont…

Un large soutien des femmes irakiennes

Les femmes irakiennes seraient les premières victimes si un régime analogue à celui de l’Iran était instauré dans leur pays. Beaucoup en sont conscientes et militent pour éviter une pareille catastrophe. La délégation française en a rencontré plusieurs, militantes au…

Un harcèlement ininterrompu

La police et les forces armées irakiennes, infiltrées par des éléments de la force terroriste iranienne Qods, multiplient les actes de malveillance envers les résidents d’Achraf et de Liberty, à la grande satisfaction du président de la Commission pour la…

Un grave danger plane sur Achraf

Depuis que les Américains ont cédé, en janvier 2009, le contrôle de la cité d’Ashraf aux forces de sécurité irakiennes, celles-ci lui imposent un véritable blocus, interdisant l’entrée du camp aux familles venues rendre visite à leurs proches. Un groupe…