31 ans après le massacre de 30 000 membres et sympathisants de l’OMPI, sur l’ordre du Guide suprême, l’ayatollah Rouhollah Khomeini, la Résistance iranienne a lancé une vaste campagne pour sortir de l’oubli cet épisode sanglant de son histoire, que la communauté internationale a longtemps feint d’ignorer, et demander justice. Certaines personnes fortement impliquées dans la mise en œuvre de ce génocide occupent aujourd’hui des postes importants dans les instances dirigeantes du pays et bénéficient d’une scandaleuse impunité. C’est notamment le cas d’Ebrahim Raïssi, nommé le 7 mars 2019 à la tête du pouvoir judiciaire iranien.

Enquêtant sur le drame, le journal britannique Daily Star a recueilli les témoignages d’ anciens prisonniers politiques qui ont parlé de leurs horribles expériences dans les chambres de torture du régime des mollahs. Leur sort dépendait de la réponse à une seule question : « Qui soutenez-vous ? » Ceux qui répondaient «  l'OMPI » étaient enlevés et exécutés ou torturés, ceux qui désavouaient le parti ont survécu. L’un d’eux a dit avoir vu en prison des scènes qu'il n'oublierait jamais.

« Des corps ont été jetés derrière le pavillon 4 de la prison d'Evine. Les prisonniers étaient alignés et fusillés, par bandes de 30 à 40 à la fois. Si l'un des prisonniers avait survécu aux premières balles, les gardes lui tiraient dans la gorge. « Puis les corps étaient jetés à l'arrière d'un camion Mercedes Benz, et alors qu'il s'éloignait, tout ce que l'on pouvait voir, c'était le sang qui coulait de l'arrière du véhicule ». Un autre témoin raconte que, faisant preuve d’un cynisme incroyable, deux gardiens de la révolution sont venus apporter à sa famille les vêtements d’une des victimes et réclamer de l’argent pour payer la balle qui l’avait tué.

Après Washington et Londres, Paris a rendu hommage aux victimes de la tuerie en exposant sur l’esplanade des Invalides des centaines de portraits d’hommes et de femmes, jeunes pour la plupart, assassinés sur l’ordre d’un illuminé démoniaque.

Une visite hautement symbolique

Le lundi 16 mai 2022, Mike Pompeo, l’un des hommes politiques les plus en vue des USA s’est rendu en Albanie pour y rencontrer dans leur ville d’Achaf 3 les membres de l’OMPI et leur présidente Maryam Radjavi, mettant fin…

Une victoire judiciaire peut-être décisive

Dans son jugement du 16 juillet 2010, la cour d’appel du district de Washington a déclaré que la décision de la Secrétaire d’Etat de l’époque, Mme Condoleezza Rice, de refuser de supprimer les Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) de la…

Une victoire historique

La plus haute juridiction du Royaume Uni vient de confirmer, en appel, la décision de la Commission d’Appel des Organisations Proscrites (OPAC) sommant le gouvernement britannique de retirer l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI) de sa liste des organisations…

Une soirée entre amis

Comme chaque année, la Présidente élue de la Résistance iranienne a présenté ses vœux aux sympathisants français de son organisation, à l’occasion d’un dîner qui a réuni plusieurs centaines de participants, le 4 janvier 2009, à la Maison de l’Ile…

Une collecte fructueuse

Le « Téléthon pour un Iran libre » de la chaîne satellite Simay-e Azadi, (le visage de la liberté), s'est déroulé du 14 au 18 janvier 2022. Le montant total des dons s'élève à 6 665 454 dollars US. Durant…

Un visiteur de marque

Dans la soirée du samedi 30 juillet 2016, Mahmoud Abbas, président de l’Autorité palestinienne, a rencontré Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, au siège du CNRI. Le président Mahmoud Abbas a souligné la nécessité de combattre l’intégrisme et…

Un vaste élan de solidarité

Le « Téléthon pour un Iran libre » de la chaîne satellite Simay-e Azadi, (le visage de la liberté), qui a débuté à 17h30 heure d’Iran le vendredi 8 janvier 2021 s’est poursuivi jusqu’au mardi 12 janvier à 10h30. Le…

Un tournant dans l'histoire de la Résistance iranienne

Maryam Radjavi auditionnée par les parlementaires américains Dans la soirée du 29 avril 2014, le sous-comité des Affaires étrangères de la Chambre des représentants américains a tenu une audition intitulée « Etat islamique, définir l’ennemi ». A cette occasion, Maryam…

Un nouvel an chargé d'espoir

A l’occasion de Norouz, le nouvel an iranien, Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne a souhaité à ses compatriotes une bonne année 1401, un bon début du XVe siècle de l’hégire et un bon début d’une nouvelle ère…

Un nouvel an 2010 chargé d'espoir

Ils étaient plusieurs centaines d’iraniens en exil et de sympathisants français de la Résistance, réunis dans les locaux du CNRI, en ce premier jour du printemps, pour fêter Norouz, le jour de l’an du calendrier iranien.