Ce n’est pas seulement un écrivain talentueux, unanimement reconnu par ses pairs ; c’est aussi et surtout un homme d’action animé par le désir de créer et de rassembler.

 

Le militant

 

Né à Téhéran il y a 79 ans, Manoucher Hezarkhani, après des études secondaires dans son pays, vint en France étudier la médecine à Montpellier puis à Paris. Fidèle partisan du Docteur Mossadegh, il adhéra à l’Union des étudiants iraniens en France dont il fut l’un des dirigeants. Il fut également membre de la Confédération internationale des étudiants iraniens et de la Communauté des socialistes iraniens en Europe.

 

De retour en Iran, il fonda après la chute du Shah, en collaboration avec Pacnejad, le Front national démocratique de l’Iran et fut responsable de son journal Azadi (Liberté). Pacnejad devait être exécuté quelques années plus tard par le régime des mollahs. Lors de la première élection qui suivit l’arrivée de Khomeni, il fut l’un des candidats de l’OMPI à Téhéran. Après la journée sanglante du 20 juin 1981où Khomeni donna l’ordre d’ouvrir le feu sur la foule des manifestants, il rejoignit les rangs du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) dont il fut durant vingt ans le représentant en Italie. Il préside actuellement la commission de la culture du CNRI.

 

L’écrivain

 

A l’époque du Shah, Manoucher Hezarkhani fréquenta le Foyer des écrivains iraniens. Après la révolution, il fut responsable de la revue mensuelle du CNRI et de l’hebdomadaire Terre d’Iran. Il publia des articles dans la revue Modjahed et sur le site internet Solidarité nationale.

 

Auteur de nombreux ouvrages dont un livre écrit au retour d’une visite à Achraf, il mit sa plume au service d’auteurs contemporains étrangers. Parmi ses principales traductions et adaptations, on retiendra celles d’œuvres d’Aimé Césaire : un essai, Discours sur le colonialisme, et deux pièces de théâtre, Une saison au Congo et La tragédie du roi Christophe. A noter encore Lettres de prison d’Antonio Gramsciet une pièce de théâtre d’Eugène Ionesco : La soif et la faim.

 

Préoccupé par le sort du peuple palestinien, il aborda la question d’un point de vue humain et juridique et traduisit, entre autres,  La question de la Palestine de Maxime Rodinson,

 

On lui doit aussi la préface d’un ouvrage de Medvedeff : Le tribunal de l’Histoire et la traduction, en 2005, de trois conférences de Daniel Cohen.

  

 

Yehudi Menuhin, virtuose et humaniste

Le 6 février 1927, un violoniste en culottes courtes interprétait la Symphonie Espagnole d’Edouard Lalo, à Paris, salle Gaveau, devant mille cinq cents personnes. C’était, pour le jeune Yehudi Menuhin, alors tout juste âgé de dix ans, le début d’une…

Une nouvelle exposition à ne pas manquer

Une exposition de tableaux du grand peintre iranien Bahram Alivandi, organisée par son épouse, la cantatrice Nahid Hemmatabadi, se tiendra le 28 et 29 mai prochains au Caveau du Pressoir dans le parc Van Gogh, à Auvers-sur-Oise. Ce sera l’occasion…

Une grande voix s'est tue.

Figure de proue de la Résistance iranienne, la chanteuse et comédienne Marjane est décédée le 5 juin 2020 à Los Angeles, à l’âge de 72 ans. Très connue en Iran dans les années 1970, elle tourna deux films réalisés par…

Une grande voix s'est tue

Diva de la chanson iranienne, Marzieh, de son vrai nom Achraf Al-Sadat Mortezaï, s’est éteinte le 13 octobre 2010 à l’hôpital américain de Neuilly, des suites d’un cancer et a été inhumée le 18 au cimetière d’Auvers-sur-Oise, ville où elle…

Une grande voix de la Résistance: Nahid Hemmatabadi

Elle est présente au premier rang, aux cotés de son compagnon, le peintre Bahram Alivandi, dans la plupart des manifestations organisées par la Résistance iranienne, qu’il s’agisse de demander justice pour l’OMPI ou de défendre les Moudjahidine de la cité…

Une exposition réussie

Exposé les 26 et 27 septembre au Caveau d’Auvers-sur-Oise, un assortiment des œuvres de Bahram Alivandi choisies par sa veuve, la diva Nahid Hemmatabadi, a mis en lumière les différentes manières de l’artiste dont le graphisme et l’art de la…

Une exposition à ne pas manquer

Les 26 et 27 septembre 2015 se tiendra au Caveau d’Auvers-sur-Oise une exposition des œuvres du grand peintre iranien Bahram Alivandi décédé en mai 2012 ; une occasion de découvrir ou de revoir des toiles d’une facture très originale, immédiatement…

Un romancier iranien en exil

Kazem Mostafavi de son vrai nom Hamid ASSADIAN est né en 1950 à Hamedan, à 400 Kilomètres à l’ouest de Téhéran où il a fait ses études et obtenu son baccalauréat. Après son service militaire obligatoire, Hamid se consacre à…

Un poète en exil: Hamid nassiri

Hamid Nassiri est né à Ghazvin (Iran) en 1958. Il a passé ses études primaires et secondaires dans cette ville puis à Téhéran et a obtenu un baccalauréat scientifique, option mathématiques. Dès cette époque, il se familiarise avec la littérature…