Présentation

Sixième ville d’Iran par sa population (environ 1 200 000 habitants en 2006) Chiraz se trouve dans la province du Fars, au sud-est du pays, assez près du Golfe Persique. Située à une altitude de 1486 m, dans une plaine au pied des monts Zagros, elle s’étend sur 340 kilomètres carrés, ce qui en fait, par sa superficie, la troisième ville après Téhéran et Machhad. La région est dotée d’un climat continental semi-aride avec seulement 305 mm de précipitations annuelles. L’hiver y est assez pluvieux avec en moyenne 80 mm de hauteur d’eau en janvier mais il n’y tombe pas la moindre goutte de pluie en étéoù les températures peuvent être torrides alors que le gel est possible en hiver.

 

 

 

Histoire

Période préislamique

Dans les tablettes d’argile élamites trouvées à Persépolis, le nom de la ville était écrit Tirazis devenu Sirajis en vieux persan et Shiraz en persan moderne. On trouve ce terme sur des sceaux d’argile mis au jour dans les ruines de Qaasr-i Abu Nasr.

A l’époque achéménide, la province du Fars donna trois capitales à l’empire. Les ruines de Persépolis, à 60 km au nord-est de Chiraz, donnent une idée de la maîtrise architecturale des bâtisseurs de cette époque. Des documents relatent qu’à l’époque sassanide Chiraz possédait deux temples du feu et une forteresse appelée Shahmobad.

 

Chiraz après la conquête arabe  

 La ville s’est développée à partir du VIIème siècle, lorsque la puissance de la capitale régionale Istakhr a été brisée par les armées arabes d’Omar. Elle connut ensuite des fortunes diverses, fut occupée à deux reprises par Tamerlan en 1387 et 1393, subit deux graves inondations en 1630 et 1668 et fut mise à sac en 1724 par les envahisseurs afghans.

En 1750, l’arrivée au pouvoir de la dynastie Zand en fit la capitale de la Perse, jusqu’en 1794. La ville subit deux tremblements de terre en 1824 et 1853 et s’illustra tragiquement en 1910 par le pillage du quartier juif qui fit douze morts, cinquante blessés et détruisit 260 maisons.

Elle atteignit son plein développement à l’époque de Shah Mohamad Reza Pahlavi qui investit beaucoup d’argent afin de faire revivre la grandeur de la Perse Achéménide.

Chiraz, ville d’art et de culture, punie par les mollahs

Deux des sites les plus visités à Chiraz sont les tombes des poètes Hafez et Saadi qui ont captivé l’esprit des Iraniens pendant des siècles. La ville fut choisie pendant les années soixante pour accueillir le Festival des arts iraniens. La libre expression caractérisant ce festival était parfois contraire aux normes islamiques et rendait furieux les tenants du conformisme religieux. En 1979, l’arrivée au pouvoir des mollahs intégristes porta un coup fatal à la ville rebelle placée sous l’autorité de maires ou de gouverneurs incompétents. Il en résulta une destruction significative de l’infrastructure de la ville et un développement urbain anarchique. L’université de Chiraz qui fut un temps un établissement de classe mondiale a été délibérément privée de moyens. Son centre médical et son école de médecine figurèrent longtemps parmi les plus importants du Moyen-Orient avec du personnel qualifié formé aux Etats-Unis dans les écoles de médecine de Harvard, de Yale et de l’université de Pensylvanie.

Aujourd’hui, après trente années de pouvoir islamique, elles n’offrent au regard que des bâtiments jamais terminés semblables, toutes proportions gardées, aux ruines des cités disparues.

Une ville pleine de ressources

La région de Chiraz, du fait de conditions climatiques favorables produit du riz, des agrumes, du raisin et du coton. Ses jardins sont célèbres dans tout l’Iran. Le climat modéré et la beauté de la ville en ont fait une attraction touristique majeure exploitée jusqu’en 1979. Auparavant, Chiraz était un lieu de villégiature fort apprécié des riches arabes voisins.

La ville est dotée d industries de transformation du bois et des métaux, produit du ciment, du sucre, des engrais, des produits textiles et des tapis. Elle est en pointe dans le secteur électronique et possède une raffinerie de pétrole.

Ses ressources touristiques sont importantes avec son bazar, ses mosquées, ses mausolées et sa Porte du Coran en haut de laquelle est placée une copie manuscrite du Coran censée protéger les voyageurs quittant la ville en passant sous cette porte.            

Yazd, la cité du désert

Origine Elle se situe parmi les villes les plus anciennes que l’on connaisse au monde, tout juste précédée par Ur en Mésopotamie. Son existence, sous le nom d’Yasatis ou Issatis, remonte au temps des Mèdes, 3 000 ans avant JC.…

Tabriz, capitale régionale

La ville de Tabriz est située au nord-ouest de l’Iran, dans la province de l’Azerbaïdjan oriental dont elle est le chef-lieu, à proximité des frontières avec l’Arménie et la République d’Azerbaïdjan, au carrefour des routes et des voies ferrées reliant…

Rey, antique cité iranienne

Une riche et longue Histoire Située au sud-est de Téhéran, près de la ville moderne de Shahr e-Rey, l’antique Rey qui date de plus de huit mille ans, comme Ninive ou Babylone, fut le témoin de nombreuses périodes de l’histoire…

Qom, ville sainte du chiisme

Capitale de la province du même nom, la ville de Qom se trouve à 150 km au sud-ouest de Téhéran à la jonction de toutes les voies routières et ferroviaires reliant l’Iran à sa capitale. Elle compte un peu plus…

Qazvin: cité historique

Qazvin, capitale de la province du même nom, est située dans le nord-ouest de l’Iran, à environ 150 km de Téhéran. Occupant une position stratégique au carrefour des voies reliant Téhéran, Esfahan (Ispahan) et le Golfe Persique au littoral de…

Mashhad, ville sainte et place forte économique

Douze siècles d’histoire Située dans la province du Khorasan, à 900 km à l’est de Téhéran, Mashhad est la deuxième ville la plus peuplée d’Iran, avec une population d’environ deux millions et demie d’habitants. Elle possède un aéroport et abrite…

Les deux visages de Téhéran

Un peu d’Histoire Capitale de l’Iran, anciennement la Perse, depuis 1786, Téhéran connut sa première grande extension sous le règne de Nasseredin Shah (1848-1896). Auparavant, ce n’était qu’une ville provinciale avec une économie basée sur le commerce des fruits et…

La ville kurde de Mahabad

Située à l’Ouest de l’Iran, dans la province d’Azerbaîdjan occidental, sur la rive est de la rivière du même nom, la ville de Mahabad culmine à une altitude de 1317 mètres et compte environ 170 000 habitants de langue kurde.…

La citadelle de Bam (Arg-é Bam)

 Le 26 décembre 2003, à 5h28 du matin, un séisme de magnitude 6,3 sur l'échelle de Richter ravagea la région de Bam, faisant au moins 40 000 morts et 50 000 blessés.et des milliers de sans abris. La citadelle de…

Kâzeroun, deuxième ville de la province du Fars

Importance La ville de Kâzeroun, chef-lieu du département du même nom, compte près de 140 000 habitants, ce qui la place au deuxième rangs après Shirâz, en termes de population, et couvre une surface de 2100 hectares Situation géographique A…