Origines

A son extrémité nord-ouest, l’Iran possède une frontière commune avec l’Arménie. La présence d’Arméniens dans cette région de l’Iran est continue depuis deux millénaires. Mais l’existence d’une forte communauté arménienne en Iran est surtout due à des déplacements de population qui ont eu lieu à partir du XVIème siècle.  Le souverain safavide Chah Abbas, après la mise à sac de la ville arménienne de Djolfa, déporta ses habitants à Ispahan où ils furent regroupés dans un nouveau quartier baptisé Nor Djolfa.

D’autres transferts amenèrent à Téhéran des Arméniens qui se spécialisèrent dans le travail des métaux et des peaux. D’importants mouvements migratoires se produisirent au XIXème et au début du XXème siècle. Des Arméniens partirent en Russie, d’autres arrivèrent d’Arménie après sa soviétisation, d’autres encore de Turquie pour échapper au génocide qui frappa leur communauté.

Avant la révolution islamique, le nombre d’Arméniens en Iran était estimé à environ 300 000. Après 1979, beaucoup ont émigré vers l’Europe et les Etats-Unis. Ils seraient aujourd’hui 150 000, dont 100 000 à Téhéran et 10 000 à Ispahan.

 

 

 

Un statut particulier

Les Arméniens disposent de deux sièges au parlement iranien conformément aux droits des minorités précisées par un texte de 1984. Chrétiens pour la plupart, ils peuvent, en tant qu’adeptes d’une des trois religions du Livre, pratiquer librement la leur. Leur état-civil est géré par l’Eglise.  Ils bénéficient de la part du régime de certaines tolérances comme celle de se réunir dans des lieux qui leur sont réservés et de s’y affranchir des contraintes imposées aux musulmans. Les femmes peuvent y côtoyer les hommes et ne sont pas tenues au port du voile. La fabrication et la consommation d’alcool sont tolérées à condition de ne pas en fournir aux musulmans.

Ils ont pu conserver leur journal : Alik, écrit en arménien et leurs associations mais ne disposent pas des mêmes droits que les musulmans en matière notamment de prestations sociales et la justice est beaucoup plus sévère à leur égard.

La fonction publique et le secteur de l’éducation leur sont interdits. Dans leurs écoles, des proviseurs, directeurs, enseignants et surveillants musulmans ont été nommés. Un test de religion, à fort coefficient, rend plus difficile aux étudiants arméniens l’accès aux universités.

 

 

 

 

 

 

 

Les ensembles monastiques arméniens de l’Iran

Trois ensembles monastiques historiques de la foi chrétienne arménienne : Saint Thaddeus, le plus ancien, construit au VIIème siècle, Saint Stepanos et la chapelle Sainte Marie de Dzordzor figurent depuis juillet 2008 sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Ces lieux chargés d’histoire ont été endommagés et restaurés à maintes reprises au cours des siècles en raison des conflits locaux, des invasions et des tremblements de terre. Ils sont aujourd’hui les seuls vestiges importants de la culture arménienne dans la région.

Une mystification savamment orchestrée

Une vaste opération de propagande Le régime iranien et ses supplétifs parisiens ont lancé une grande offensive de charme sous la forme d’une semaine culturelle à la gloire d’Ispahan, ville chargée d’Histoire. Inauguration à l’Assemblée nationale sous la houlette de…

Une coutume du monde islamique: le remadan

La période du ramadan, fixée au 9ème mois du calendrier lunaire, varie selon les années. En 2007, elle se situe entre le 13 septembre et le 12 octobre. Aux yeux des non musulmans, le ramadan se présente comme une sorte…

Un objet traditionnel iranien; le narguilé

L’objet appelé narguilé dans la plupart des pays européens est une grande pipe à eau servant à fumer un mélange de tabac et d’essences de fruits. Son nom, dérivé du sanscrit, viendrait du mot persan nargil : noix de coco,…

Un commerce effarant

 L’aggravation de la pauvreté et du chômage en Iran a conduit beaucoup de personnes issues des couches les plus fragiles de la société iranienne à vendre certains de leurs organes comme les reins, la cornée et la moelle osseuse. Sur…

Retour sur la condition féminine en Iran

Dans un pays où machisme rime avec intégrisme, les femmes sont soumises à de multiples contraintes. Il leur est interdit de faire du vélo, de faire des selfies avec des footballeurs, de porter des bottes sur le pantalon, de travailler…

Quelques aspects du sport traditionnel iranien

Varzesh-e Pahlavani (sport des héros) Les sports de combat ont toujours été très en honneur en Iran. Le poète Ferdowsi, dans le Shahnameh (livre des rois), glorifie les combattants mythiques de l’époque, les Pahlavans (champions). Le résultat d’une guerre était…

Nowrouz: une fête ancestrale qui défie les mollahs

Nowrouz qui signifie « nouveau jour » correspond à l’équinoxe de printemps marqué par l’égalité de la durée du jour et de la nuit. Par convention, l’instant où se produit cet équinoxe marque le début d’un nouveau cycle de rotation…

Nowrouz, la plus ancienne fête des Iraniens

 « Nowrouz » (qui signifie : « Nouveau Jour »), est la plus ancienne fête des Iraniens. Mais en dehors de l’Iran, des pays comme le Tadjikistan, l’Ouzbékistan, le Tu r k m é n i s t a n…

Les tribus nomades d'Iran 2

Les Qahqaïs D’ascendance turque, présents dans le Fars depuis le 18ème siècle, les Qashaïs sont organisés en une confédération qui fut très puissante à l’époque qadjar, au 19ème siècle et au début du 20ème siècle, assurant l’ordre et la sécurité…

Les tribus nomades d'Iran 1

L’Iran est un pays qui se caractérise par la présence de nombreuses tribus nomades issues de groupes ethniques partiellement sédentarisés. Vivant au rythme des saisons, elles pratiquent la transhumance et installent leurs campements à une altitude plus ou moins haute…