Fils de Karbala’i Qorban, chef cuisinier au service du chancelier Gha’em-Magham Farahani, Amir Kabir naquit en 1807 à Hazaveh près d’Arak, dans la province de Markazi. Lorsque Mirza Bozorg fut appelé à Tabriz auprès du prince héritier Abbas Mirza, le père d’Amir Kabir le suivit, emmenant son fils avec lui. Celui-ci aida son père dans les travaux domestiques. Ses facultés intellectuelles attirèrent l’attention de Mirza Bozorg qui le fit étudier avec son propre fils, puis le rétribua, encore adolescent, pour s’occuper de ses écuries, tâche dont il s’acquitta au mieux. 

Quand Mirza Bozorg mourut en 1822, son fils Mirza Abu’l-Qa’em-maqam lui succéda auprès du prince héritier. Sous son égide, Amir Kabir fut chargé de superviser les finances et l’organisation de l’armée d’Azerbaïdjan, avec le titre de vazir-e nezam que lui décerna Fath Ali Shah.

Durant cette période, Amir Kabir mena différentes missions à l’étranger. Il passa quatre ans à Erzurum en Turquie, participant aux travaux de la commission chargée de régler un délicat problème de frontière entre l’Empire ottoman et la Perse afin de mettre fin à des centaines d’années de guerre entre les deux puissances.

L’arrivée sur le trône de Nasseredin Shah qui le nomma chancelier et lui donna sa sœur en mariage allait permettre à Amir Kabir d’exprimer tout son talent de gestionnaire et d’administrateur.

Il réorganisa l’armée et réprima durement la rébellion de Hasan Khan Salar qu’il fit exécuter avec l’un de ses fils et l’un de ses frères. Il mit fin au culte du babisme en faisant fusiller le « Bab » (Sayyid ʿAlī Muḥammad Šīrāzī), créateur d’une nouvelle religion.

Il réforma l’administration et pour résorber un déficit estimé à un million de tomans réduisit de manière drastique salaires et pensions. Il fit collecter les taxes non payées et encouragea les développements agricoles et industriels, sources de revenus pour la nation. Il montra beaucoup d’intérêt pour la région du Khuzestân, région stratégique en raison de sa situation sur le Golfe Persique, y introduisit la plantation de la canne à sucre, fit construire la digue Nasari sur la rivière Karkheh et un pont à Shushtar.

Amir Kasir réduisit la puissance du clergé et s’opposa aux ingérences étrangères dans les affaires internes de la Perse. Il fonda Dar-ol Fonoun, la première université inspirée d’un modèle européen et soutint la création du premier journal iranien « Les Evènements ».

 

 

 

 

 

La famille royale, menée par la mère du Shah, Mahd Olia ne pardonna pas à Amir Kabir  d’avoir réduit ses revenus et conspira contre lui, persuadant le Shah de le démettre de ses fonctions et de l’envoyer en exil à Kashan. Un jour, profitant de l’ivresse du souverain, elle lui extorqua l’ordre d’exécuter Amir Kasir, ce qui fut fait immédiatement dans les bains du jardin de Fin. Le condamné accepta sans résistance l’ordre impérial demandant simplement de pouvoir choisir la manière dont il serait mis à mort. On lui trancha les veines. 

       

Yazdi, le poète aux lèvres cousues

Farrokhi Yazdi, né en 1877 à Yazd, était un poète, homme politique et journaliste iranien de l'ère de Reza Shah Pahlavi (1925-1941). Il a entrepris des études préliminaires dans une école missionnaire anglaise à Yazd. En conflit avec les autorités…

Une gloire de la Perse: Omar Khayyam

Né à Nichapour au milieu du 11ème siècle, mort en 1123, Omar Khayyam, mathématicien, astronome, philosophe et poète est l’une des personnalités les plus éminentes de la Perse.

Une gloire de la Perse: Avicenne Un précurseur de génie

Un précurseur de génie. Homme de sciences, médecin, philosophe, Avicenne, de son vrai nom : Abou al-Hussein Abdallah Ibn Sina, fut l’un des esprits les plus remarquables de son temps. Il naquit au mois d’août 980 à Afshana, près de…

Un génie des mathématiques: l'Iranienne Maryam Mirzakhani

Maryam Mirzakhani qui vient de mourir à 40 ans, le 15 juillet, victime d’un cancer était née à Téhéran et avait étudié dans cette ville au lycée Farzanegan réservé aux talents exceptionnels. Dès 1994, elle s’illustra en remportant une médaille…

Un dauphin contestataire: l'ayatollah Hosein Ali Montazeri

Hossein Ali Montazeri naquit à Najafabad en 1922 dans une famille de paysans. Il étudia la théologie à Ispahan puis à Qom. Il enseigna cette discipline à l’école théologique de Faiziyeh. Montazéri participa à la contestation contre la dictature du…

Un arriviste sans scrupule

On aurait pu penser que Mohammad Djavad Zarif qui passa une partie de sa jeunesse aux Etats-Unis où il fit de brillantes études et acquit une parfaite maîtrise de la langue anglaise garderait ses distances avec la dictature religieuse instaurée…

Réquisitoire

Le général Qassem Soleimani que le régime iranien s’efforce de faire passer pou un héros unanimement apprécié et pleuré par la population était en fait un criminel notoire qui avait sur la conscience des milliers de morts et de blessés.…

Mohammad Mossadegh

Fils d’un haut fonctionnaire et d’une princesse kadjar, le docteur Mossadegh est né à Téhéran en 1882. Etudiant en France, à l’Ecole libre des sciences politiques puis en Suisse à l’Université de Neufchâtel, il revient en Iran avec le titre…

Les principaux acteurs de la révolution anti monarchique de 1979

Shah Mohamad Reza Pahlavi Arrivé au pouvoir en 1941, après l’abdication de son père Reza Pahlavi, il a bénéficié de l’appui des Anglais et des Américains pour venir à bout du mouvement d’opposition populaire mené par le Docteur Mossadegh en…

Histoire d'un patriote victime de l'ingérence étrangère en Iran: Hossein Fatemi, ministre de Mossadegh

Il a voulu s’opposer au pillage par l’étranger, avec la complicité de Shah, des ressources pétrolières et gazières de l’Iran ; il en est mort. Hossein Fatemi, le plus jeune d’une famille de cinq enfants, naquit à Nain, en Iran,…