Iraz Mirza naquit en octobre 1874 à Tabriz. Son père, Gholam Hossein Mirza avait pour ancêtre le second shah de la dynastie Qajar : Fath Ali Shah Qajar qui régna de 1797 à 1834 et qui, possédant une centaine de femmes dans son harem eut une innombrable descendance.

Gholam Hossein Mirza avait le titre de poète officiel à la cour du prince héritier Mozaffaredin Mirza, fils de Nasseredin Shah, le quatrième shah de la dynastie Qajar.

Le jeune Iraz passa son enfance à étudier la langue persane chez des maîtres tels que Bahâr Shirvâni et Aref Esfahâni. Il fréquenta la Maison des sciences et techniques à Tabriz. A 15 ans, il parlait couramment français, arabe et turc et se montrait excellent calligraphe. Il se fit remarquer très tôt pour ses dons poétiques et fut encouragé dans cette voie par Amir-Nezam Garoussi qui lui accorda le titre de Fakhr-ol-Sho’ard (honneur des poètes). Il se maria à 16 ans, et trois ans plus tard perdit à la fois son épouse et son père qu’il remplaça dans sa position de Poète de la Cour de Mozaffaredin Mirza. Quand ce dernier accéda au trône, trois ans plus tard sous le nom de Mozaffaredin Shah, Iraj prit le titre de poète en chef.

Quelques années plus tard, Iraj rejoignit à Tabriz le bureau d’Ali Khan Amindowleh, gouverneur d’Azerbaïdjan de l’est. Celui-ci s’installa en 1905 à Téhéran. Iraj le suivit et s’impliqua rapidement dans la Révolution constitutionnelle. Après un séjour de deux ans en Europe, à la demande d’Ahmad Ghavam Saltaneh, Iraj revint travailler à Téhéran à l’Office des Rédactions Officielles. Nommé en 1917 au Ministère de la culture puis transféré trois ans plus tard au Ministère des finances, il travailla à Mashhad jusqu’en 1925 puis rentra à Téhéran où il mourut, à 52 ans, le 14 mars 1926. Il est enterré au cimetière de Zahir o-dowleh au nord de Téhéran. Son fils ainé, Ja’afar Gholl Mirza s’était suicidé en 1915.

Iraj Mirza est l’un poètes contemporains les plus connus de l’Iran et le premier maître de la poésie du langage familier. Il a composé plus de 4000 vers dans lesquels il aborde largement les thèmes politiques et sociaux majeurs de son temps. Il est aussi l’auteur de poèmes satiriques et de maximes réputées. Il a beaucoup insisté sur l’importance de l’éducation des enfants et de la figure de la mère.  A ce titre, est considéré comme l’un des précurseurs de la littérature enfantine moderne en Iran et on l’a surnommé le « poète de la mère ».

Dans ses poèmes, Iraj Mirza utilise une langue simple qui côtoie parfois la langue populaire. La sincérité de son expression a été admirée par ses confrères, y compris par Malek-ol-Shoarâ Bahâr qui le surnomma « le nouveau Saadi »      

 

Un poème d’Iraj Mirza

L’amoureux, imbécile, grossier 
Mais aussi indigne, impudent 
Tout ivre, tout fou 
Ignora le respect de la mère, 
Alla et la jeta à terre, 
Déchira sa poitrine et attrapa son cœur, 
S’en allant chez sa bien-aimée, le cœur de sa mère 
A la main, tel une mandarine, 
Il tomba par terre, au seuil de la porte 
Son coude fut un peu blessé. 
Le cœur, encore vivant 
Tomba par terre de la main du mal élevé 
Il se releva et alla vers le cœur 
Toujours chaud et sanglant 
Il entendit alors une voix 
Venue du cœur, qui disait 
Ah ! La main de mon fils est blessée ! 
Ah ! Le pas de mon fils a heurté la pierre !

Une grande poétesse contemporaine iranienne, Simin Behbahani

Simin Behbahani, de son vrai nom Siminbar Khalili, naquit à Téhéran le 27 juin 1927 dans une famille d’intellectuels. Son père, Abbas Khalili était journaliste et poète, sa mère, Fakhr Ozma Arghoon, poétesse et enseignante. Simin commença à écrire très…

Une grande figure de la poésie persane contemporaine: Parvine E'tesami

Une vie brève mais bien remplie Elle avait de qui tenir, puisque son père, Youssef E’tesami et sa grand-mère maternelle connue sous le pseudonyme de Moghadam-ol-Edaleh furent des écrivains renommés. Parvine E’tesami naquit le 16 mars 1916 à Tabriz où…

Une étoile au ciel de la poésie persane: Forough Farrokhzad

Une vie brève mais bien remplie Elle a traversé la vie comme un météore, brillant de mille feux avant de mourir, à 33 ans, dans un banal accident de la route. Poétesse mais aussi peintre, actrice et cinéaste, Forrough Farrokhzad…

Une brève histoire de la musique perse

Par Hamid Reza Taherzadeh. 5000 ans, ou selon d'autres historiens, 7000 ans de la civilisation iranienne ont laissé un héritage de trésors musicaux, recréés et relancés au cours du siècle dernier par les plus célèbres maîtres. Les traditions de la…

Un poème de Hafiz

Brise du jardin Quand la brise du paradis Donne son frémir au jardin, A moi les plaisirs et le vin, Et l’amour dans toutes ses grâces ! Le pauvre est roi du point du jour : Pourquoi ne le dirait-il…

Un monument de la poèsie persane: Hafiz de Chiraz

Khodja Shams-eddine Muhammad, plus connu sous le pseudonyme de Hafiz (celui qui connait le Coran par cœur) est avec Saadi, Firdousi et Khayyâm un des quatre poètes unanimement reconnus en Iran. Quand il naquit en Perse, à Chiraz, vers l’an…

Un monument de la littérature persane: le Shâh Nâmeh

Le Livre des Rois, en persan Shâh Nâmeh, est un poème épique qui retrace l’histoire de l’Iran depuis la création du monde jusqu’à l’arrivée de l’Islam. Dans sa version la plus élaborée, œuvre de Ferdowsi, il se compose de 60 …

Un maître de la poésie persane contemporaine: Mohammad-Taghi Bahar

Fils de Mohammad Kazem Sabouri, poète à la cour de Imam Reza, Astan Qods, Mohammad-Taghi Bahar est né le 8 décembre 1886 à Mashhad, capitale du Khorasan, dans le district de Sarshur. Il fréquenta l’école traditionnelle de Mashhad et se…

Un grand poète iranien: Roudaki, le père de la littérature persane

Né vers 865 à Banoj, un petit village proche de Samarkand, le jeune Roudaki fit preuve d’une rare précocité, apprenant le Coran par cœur à l’âge de huit ans. Exceptionnellement doué, il apprit la musique et se révéla un chanteur…

Un grand poète iranien: Nima Yushidj

Si l’on définit la poésie comme étant la musique des mots au service des images, on conçoit la difficulté qu’éprouve le poète adepte du vers libre à s’affranchir des formes fixes traditionnelles et à créer sa propre musique sans l’aide…