« Aujourd’hui, le poème est l’arme du peuple

Car les poètes sont les branches de la forêt du peuple

Ce ne sont plus les jasmins et les jacinthes du patio de n’importe qui »

 C’est en ces termes qu’Ahmad Shamlou, l’un des plus grands poètes iraniens contemporains, expose sa conception de la poésie qui doit, selon lui : « réveiller les consciences plutôt que les assoupir » ; la poésie dont il dit : « ce sont les paroles signifiantes du sang coulé ; c’est cet arbre florissant de consciences humaines qui peut convertir la mélancolie en joyaux de paroles et en faire des fleurs ».

Né à Téhéran le 12 décembre 1925, décédé il y a sept ans le 27 juillet 2000, Ahmad Shamlou, fils d’officier, passa son enfance dans les différentes villes de garnison où son père était affecté. Ses déménagements successifs perturbèrent ses études et l’empêchèrent d’obtenir un diplôme d’enseignement secondaire. En 1943, il se fit journaliste et commença une brillante carrière littéraire qui donna naissance à une œuvre considérable en originalité et en diversité.

En tant que poète, il soutient la comparaison avec les plus grands par la richesse d’images qui contribuent grandement à l’intensité de ses poèmes. On peut le comparer en France à Paul Eluard, l’auteur de « Liberté ». Tous deux s’appliquèrent à faire mieux connaître les œuvres de leurs prédécesseurs : Eluard dans sa   « Première anthologie vivante de la poésie du passé », Shamlou en éditant les travaux des plus grands poètes persans, notamment ceux d’Hafez.

Comme Louis Aragon, poète et romancier qui dirigea l’hebdomadaire Les Lettres Françaises, Shamlou fut le rédacteur en chef des plus grands journaux littéraires de son pays et publia de nombreux romans. Si l’on poursuit la comparaison avec les grands poètes français contemporains, il faut noter que Shamlou présente beaucoup de points communs avec Jacques Prévert, le plus populaire d’entre eux, par son activité théâtrale et cinématographique et par ses contes pour enfants, originaux comme « Coq d’or » ou traduits, tel « le Petit Prince » de Saint-Exupéry, qu’il enregistra lui-même pour le Centre d’éducation nationale enfant et adolescent. *

Shamlou a traduit beaucoup d’œuvres étrangères en persan, notamment la pièce « Noces de sang » de l’écrivain espagnol Federico Garcia Lorca.

Son ouvrage majeur « Ketab-e-Koutché » (Le livre de la rue), résultat d’une vingtaine d’années de travail et dont vingt tomes ont été publiés, rassemble des contes et des expressions populaires et constitue une contribution majeure à la compréhension des croyances et de la langue du folklore iranien.

Poète, Ahmad Shamlou fut aussi un rebelle. Ses prises de position et ses vues humanistes lui valurent d’être harcelé et emprisonné tout le long de sa carrière sous les deux dictatures du Chah et des mollahs. Ceux-ci l’ont maintes fois couvert d’injures et ont constamment retardé ou empêché purement et simplement la parution de ses ouvrages. En 1981, il s’est résolument engagé aux cotés de la Résistance iranienne, ce qui lui a probablement coûté le prix Nobel de littérature pour lequel il était pressenti en 1982.

Tout récemment, le 22 juillet, la police a violemment dispersé un groupe de parents et d’amis venus commémorer, sur sa tombe, le septième anniversaire de sa disparition. Sans commentaire !

 

*Un conte de Shamlou : « Plume d’or » a été publié en version française par les éditions L’Harmattan   

Une grande poétesse contemporaine iranienne, Simin Behbahani

Simin Behbahani, de son vrai nom Siminbar Khalili, naquit à Téhéran le 27 juin 1927 dans une famille d’intellectuels. Son père, Abbas Khalili était journaliste et poète, sa mère, Fakhr Ozma Arghoon, poétesse et enseignante. Simin commença à écrire très…

Une grande figure de la poésie persane contemporaine: Parvine E'tesami

Une vie brève mais bien remplie Elle avait de qui tenir, puisque son père, Youssef E’tesami et sa grand-mère maternelle connue sous le pseudonyme de Moghadam-ol-Edaleh furent des écrivains renommés. Parvine E’tesami naquit le 16 mars 1916 à Tabriz où…

Une étoile au ciel de la poésie persane: Forough Farrokhzad

Une vie brève mais bien remplie Elle a traversé la vie comme un météore, brillant de mille feux avant de mourir, à 33 ans, dans un banal accident de la route. Poétesse mais aussi peintre, actrice et cinéaste, Forrough Farrokhzad…

Une brève histoire de la musique perse

Par Hamid Reza Taherzadeh. 5000 ans, ou selon d'autres historiens, 7000 ans de la civilisation iranienne ont laissé un héritage de trésors musicaux, recréés et relancés au cours du siècle dernier par les plus célèbres maîtres. Les traditions de la…

Un poème de Hafiz

Brise du jardin Quand la brise du paradis Donne son frémir au jardin, A moi les plaisirs et le vin, Et l’amour dans toutes ses grâces ! Le pauvre est roi du point du jour : Pourquoi ne le dirait-il…

Un monument de la poèsie persane: Hafiz de Chiraz

Khodja Shams-eddine Muhammad, plus connu sous le pseudonyme de Hafiz (celui qui connait le Coran par cœur) est avec Saadi, Firdousi et Khayyâm un des quatre poètes unanimement reconnus en Iran. Quand il naquit en Perse, à Chiraz, vers l’an…

Un monument de la littérature persane: le Shâh Nâmeh

Le Livre des Rois, en persan Shâh Nâmeh, est un poème épique qui retrace l’histoire de l’Iran depuis la création du monde jusqu’à l’arrivée de l’Islam. Dans sa version la plus élaborée, œuvre de Ferdowsi, il se compose de 60 …

Un maître de la poésie persane contemporaine: Mohammad-Taghi Bahar

Fils de Mohammad Kazem Sabouri, poète à la cour de Imam Reza, Astan Qods, Mohammad-Taghi Bahar est né le 8 décembre 1886 à Mashhad, capitale du Khorasan, dans le district de Sarshur. Il fréquenta l’école traditionnelle de Mashhad et se…

Un grand poète iranien: Roudaki, le père de la littérature persane

Né vers 865 à Banoj, un petit village proche de Samarkand, le jeune Roudaki fit preuve d’une rare précocité, apprenant le Coran par cœur à l’âge de huit ans. Exceptionnellement doué, il apprit la musique et se révéla un chanteur…

Un grand poète iranien: Nima Yushidj

Si l’on définit la poésie comme étant la musique des mots au service des images, on conçoit la difficulté qu’éprouve le poète adepte du vers libre à s’affranchir des formes fixes traditionnelles et à créer sa propre musique sans l’aide…