La ville de Tabriz est située au nord-ouest de l’Iran, dans la province de l’Azerbaïdjan oriental dont elle est le chef-lieu, à proximité des frontières avec l’Arménie et la République d’Azerbaïdjan, au carrefour des routes et des voies ferrées reliant le plateau iranien à la Mer Noire et aux pays du Caucase. A une altitude de 1367 mètres, au nord du massif volcanique du Sahand, elle est traversée par la rivière Talkheh, à proximité du grand lac salé d’Orumieh dont la surface ne cesse de diminuer en raison de prélèvements d’eau trop importants.

Une longue et riche histoire

L’origine de la ville est assez mystérieuse. Une tablette de pierre de l’époque du roi assyrien Sargon fait état d’un endroit appelé Château de Tauri dont les historiens pensent qu’il était à l’endroit de l’actuelle Tabriz. En dépit d’importantes destructions causées par des séismes du IXème au XIème siècle, Tabriz était déjà une bourgade importante à l’époque pré mongole. Les Ilkhanides (1270-1305) en firent la capitale de la Perse.

Mise à sac en 1392 par Tamerlan, la ville fut reconstruite par une dynastie locale turkmène, les Aq Qoyunlu, puis tomba en 1501 aux mains des Safavides et retrouva son rang de capitale entre 1502 et 1548. Fréquemment attaquée par les Ottomans puis par les russes qui l’occupèrent, Tabriz connut un déclin assez prononcé jusqu’au XIXème siècle quand elle devint résidence princière sous la dynastie Qajar. L’ouverture de l’Iran vers l’occident lui rendit sa prospérité dans la seconde moitié du XIXème siècle en raison de sa proximité avec la Mer Noire. Au début du XXème siècle la ville joua un rôle important d’opposition à Mohammad Ali Shah, lors de la révolution constitutionnelle.

Victime de la révolution russe qui ferma la frontière, de la construction du Transiranien qui donna la suprématie à la route du golfe persique et de la révolution islamique, Tabriz fut reléguée au rang de capitale régionale mais reste un très important centre universitaire, artisanal et industriel.

Un important patrimoine culturel

Si de très nombreux monuments historiques ont été détruits par des tremblements de terre, il reste à Tabriz beaucoup d’endroits historiques visités chaque année par des milliers de touristes.

Ilgôli est l'un des attraits touristiques de la ville. C'est un monument situé au milieu d'une grande piscine, dont la date de construction est inconnue, mais il a été réparé à l'époque d'Abas Mirza. Il devint un lieu de promenade public, à partir des années 30.

La mosquée bleue construite en 1465 par Djahan Shah, chef d’une dynastie turkmène, se caractérise par la finesse de ses faïences et la coordination des couleurs.

La mosquée Saheb Alamr date de l’époque de Shah Tahmasb et dispose de deux grands minarets et d’un dôme.

Le bazar, sans doute le plus grand du monde, s’étend sur près de 6 km carrés. Il possède une vingtaine de cours et se caractérise par son style architectural et par la diversité de ses échoppes. Il est actuellement le centre commercial le plus actif du nord-ouest de l’Iran avec ses marchés aux bijoux et aux tapis.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le mausolée des poètes rassemble les tombesdes plus grands poètes de la région. D’autres tombes d’artistes sont situées dans divers quartiers de la ville et des environs, dont une attribuée à l’un des enfants de l’Imam Ali.

Un grand centre artisanal et industriel

Avec une population de près d’un million et demie d’habitants Tabriz est l’une des villes les plus industrielles de l’Iran. Les industries locales produisent du ciment, des machines-outils, des véhicules et des produits chimiques. On y trouve une raffinerie de pétrole et un complexe pétrochimique. C’est aussi un foyer actif d’artisanat et de redistribution (céréales, tabacs, coton…). Connue pour son industrie alimentaire, Tabriz est surnommée « la ville du chocolat ».

Yazd, la cité du désert

Origine Elle se situe parmi les villes les plus anciennes que l’on connaisse au monde, tout juste précédée par Ur en Mésopotamie. Son existence, sous le nom d’Yasatis ou Issatis, remonte au temps des Mèdes, 3 000 ans avant JC.…

Yazd, l'une des plus anciennes villes du monde

Situation Yazd, capitale de la province du même nom, est située à une altitude de 1216 m sur le plateau central iranien, entre le désert du Dacht-e Kavir au nord et celui du Dacht-e Lout au sud. Elle est entourée…

Tabriz, capitale régionale

La ville de Tabriz est située au nord-ouest de l’Iran, dans la province de l’Azerbaïdjan oriental dont elle est le chef-lieu, à proximité des frontières avec l’Arménie et la République d’Azerbaïdjan, au carrefour des routes et des voies ferrées reliant…

Rey, antique cité iranienne

Une riche et longue Histoire Située au sud-est de Téhéran, près de la ville moderne de Shahr e-Rey, l’antique Rey qui date de plus de huit mille ans, comme Ninive ou Babylone, fut le témoin de nombreuses périodes de l’histoire…

Qom, ville sainte du chiisme

Capitale de la province du même nom, la ville de Qom se trouve à 150 km au sud-ouest de Téhéran à la jonction de toutes les voies routières et ferroviaires reliant l’Iran à sa capitale. Elle compte un peu plus…

Qazvin: cité historique

Qazvin, capitale de la province du même nom, est située dans le nord-ouest de l’Iran, à environ 150 km de Téhéran. Occupant une position stratégique au carrefour des voies reliant Téhéran, Esfahan (Ispahan) et le Golfe Persique au littoral de…

Mashhad, ville sainte et place forte économique

Douze siècles d’histoire Située dans la province du Khorasan, à 900 km à l’est de Téhéran, Mashhad est la deuxième ville la plus peuplée d’Iran, avec une population d’environ deux millions et demie d’habitants. Elle possède un aéroport et abrite…

Les deux visages de Téhéran

Un peu d’Histoire Capitale de l’Iran, anciennement la Perse, depuis 1786, Téhéran connut sa première grande extension sous le règne de Nasseredin Shah (1848-1896). Auparavant, ce n’était qu’une ville provinciale avec une économie basée sur le commerce des fruits et…

La ville kurde de Mahabad

Située à l’Ouest de l’Iran, dans la province d’Azerbaîdjan occidental, sur la rive est de la rivière du même nom, la ville de Mahabad culmine à une altitude de 1317 mètres et compte environ 170 000 habitants de langue kurde.…

La citadelle de Bam (Arg-é Bam)

 Le 26 décembre 2003, à 5h28 du matin, un séisme de magnitude 6,3 sur l'échelle de Richter ravagea la région de Bam, faisant au moins 40 000 morts et 50 000 blessés.et des milliers de sans abris. La citadelle de…